La volonté s’éduque par l’exercice

3e clé : La volonté s’éduque par l’exercice tout comme les autres fonctions organiques et mentales.

Nous savons que : La véritable énergie, équilibrée, lucide et harmonieuse produit la véritable volonté, calme, invisible, puissante, durable. La fausse énergie, le manque d’énergie, la crispation, la nervosité, la fatigue, l’agitation, l’obstination, l’impulsion, les déviations psychiques produisent la fausse volonté ou le manque de volonté.

La volonté demande que le maximum de notre être se porte vers le but ; et cela, avec un minimum d’effort. Donc, sans contrainte ni tiraillement intérieur. Si nous devons faire des « efforts volontaires » pour briser de vieilles habitudes, nous n’envisageons l’action qu’avec une partie de nous-mêmes. Ce n’est donc pas une véritable volonté. Il lui suffit d’envisager une action pour avoir la possibilité de l’accomplir sans grand effort. Si une locomotive en bon état fournit de la puissance, l’homme en parfait fonctionnement fournit de la volonté. Cultiver sa volonté signifie atteindre la force, l’équilibre, l’intelligence et la lucidité. Il n’est donc plus question de « volonté » telle qu’on l’entend généralement; mais de force morale souveraine, basée sur un mental calme et supérieur.

La véritable volonté est comme un jeune chêne puissant et souple.

La volonté s’éduque, se rééduque et se cultive. La volonté demande que nos forces dégagées se dirigent ensemble dans une même direction. La volonté est une activité calme, provenant surtout de la libération de soi-même. Elle est maitrise de soi, et emprise sur le psychisme.

On ne nait pas volontaire; on le devient par exercice. Et on arrive à une sorte de paradoxe : pour atteindre la volonté réelle, il faut procéder par efforts successifs, dirigés. Ces efforts volontaires ne sont pas la volonté, mais permettent d’y aboutir par entrainement.

De même qu’un danseur arrive à l’aisance parfaite et à la maitrise grâce à une série d’efforts dosés, et tendus vers un but. Ces efforts ne sont pas la danse, mais l’atteignent finalement.
Il s’agit donc d’envisager de s’exercer à des actes d’entrainement selon ses possibilités, et les répéter le plus fréquemment possible.

L’autosuggestion bien faite peut aider considérablement. La suggestion consiste à déposer une idée dans notre esprit. Cette idée, devenue inconsciente, nous pousse à réaliser automatiquement certaines actions.
L’apprentissage de l’attention est important. Au lieu d’éparpiller notre esprit, il faut apprendre à « se tenir mentalement » à une tâche. Or, cette dispersion mentale est le lot de beaucoup d’entre nous ! Le cerveau doit pouvoir se fixer sur la chose à réaliser, sans se laisser distraire. Il s’agit donc d’une concentration consciente..

Etes-vous prêts à faire quelques efforts volontaires pour atteindre votre but?

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.