Max Piccinini interview Lorenzo Pancino, la Star de la Voix Off!

Découvrez l’histoire et les clés de la réussite de Lorenzo Pancino, la Star de la Voix Off.

Découvrez l’énergie et l’attitude incroyablement positive dans cette interview gorgée d’humour et d’inspiration!

Qu’en avez-vous pensé?
Qu’est-ce qui vous a inspiré?
Laissez votre commentaire tout en bas! 🙂

Vous désirez améliorer votre Communication Orale?
Lorenzo vous offre des formations fantastiques sur le sujet, cliquez alors ici

ou en Texte :

Interview de Lorenzo Pancino par Max Piccinini, le Catalyseur de Réussite

Max Piccinini : Bonjour, je suis Max Piccinini et je vous parle de la magnifique et vibrante ville de la Nouvelle- Orléans aux Etas-Unis, une ville absolument superbe où j´avais vivement envie d´y aller un jour…Et aujourd´hui c´est avec un grand plaisir et honneur d´interviewer une véritable star dans le domaine de la voix-off.
Lorenzo Pancino :…Oh non…
Max Piccinini : Tu en es une !…et de la communication orale. Quelqu´un qui es vraiment un expert dans la voix-off et de la communication orale, qui est Lorenzo Panccino.
Lorenzo es-tu là ?
Lorenzo Pancino : Bonjour Max, enchanté ravis de vous parler en direct…ici moi, de mon humble demeure… ici dans le sud de la France !! Toi tu es à la Nouvelle-Orléans, moi je suis dans le sud de la France du côté, en pleine galerie, entre Uzès et Nîmes.
Max Piccinini : Ah magnifique région aussi, et si tu t´y es installé c´est qu´il y a une raison…
Lorenzo Pancino : Oui…
Max Piccinini : Alors rapidement pour présenter Lorenzo, parce qu´il y a quand même des gens qui se disent mais qui c´est Lorenzo, enfin il y en a plein qui le connaissent…
Lorenzo Pancino c´est un comédien de la voix off, animateur télé, radio c´est ça ? Depuis plus de…
Lorenzo Pancino : Animateur radio, télé…j´ai travaillé pour T.F.1, pour M6 pour beaucoup de chaînes françaises. Je suis animateur radio au départ depuis presque 30 ans maintenant…J´ai été sur Fun Radio, SkyRock, sur chérie FM, sur Oui FM, maximum etc. Et puis comédien voix off depuis maintenant…pareil une trentaine d´années et vous m´avez forcément entendu, je fais partie de votre quotidien depuis des années puisque j´ai travaillé pour toute les plus grosses chaînes de télé, les plus grandes radios, voilà pour le cinéma et dernièrement on m´entend d´une manière quotidienne pour le « diner presque parfait » sur M6 entre autres puisque j´ai enregistré près de 30000 voix pour les différents médias francophones.
Max Piccinini : Forcément vous avez entendu Lorenzo, il vous a même vendu quelque chose c´est ça ?
Lorenzo Pancino : Oui…je vous faits juste une petite démo quelques secondes si vous voulez… « Mesdames et Messieurs bonjour dans un dîner presque parfait ! Cette semaine nous sommes avec Max Piccinini…Coucou c´est moi !!! X-men le commencement maintenant au cinéma…L´âge de glace 4 maintenant en DVD…Ladies and gentleman welcome to the Max Piccinini show ! »
Max Piccinini : Ah…J´adoore…Vous avez compris pourquoi on voulait interviewer Lorenzo…
Max Piccinini : Alors Lorenzo si toi tu es un formateur et un coach… c´est ça ? Normalement tu as déjà formé plus de 1000 comédiens, des gens comme Cyril Lignac, Mika Young…parle-nous un petit peu de ça.
Lorenzo Pancino : Oui, j´ai formé des milliers de comédiens, des journalistes, des animateurs qui aujourd´hui sont sur des médias français, des gens comme Louise Bourguoin la comédienne…voilà Michael Young, Fred Testo était mon assistant à l´époque sur Fun radio. Et puis des gens de la télé comme Laura Tenoudji de télé matin, bref beaucoup de gens et surtout des entrepreneurs, des managers, des collaborateurs qui ont eu besoin d´apprendre les techniques des pros pour améliorer leurs communications orales tout simplement que ce soit en public, que ce soit au téléphone pour les personnes qui ont besoin de faire de la commercialisation au téléphone ou des centres d´appels et puis tout simplement aussi devant une caméra, ou être interviewer par les médias. Je forme toutes les personnes qui ont besoin de magnifier leurs mots, leurs propres mots ou leurs textes de présentation. Voilà j´aime bien ce terme de magnifier les mots parce que c´est mon métier, j´aide les gens à magnifier ce qu´ils ont à dire.

Max Piccinini : Fantastique…En tout cas un grand merci à toi pour prendre de ton temps, parce que tu es quelqu´un de très occupé, tu as une famille etc. Un grand merci de prendre de ton temps pour partager ces clés de réussite. On va surtout parler de ton histoire avec plaisir, comment tu es passé de quelqu´un de normal on va dire à quelqu´un qui quand même domine ce marché, qui est vraiment devenu une star dans le domaine, alors rapidement Lorenzo, je crois que tu le sais, nous avons des milliers de personnes qui vont écouter cette vidéo, cette interview et c´est tous des gens qui ont un rêve, et c´est tous des gens qui veulent accomplir quelque chose, c´est tous des gens qui veulent se sentir libre et réussir, et ils rencontrent des difficultés dans leurs quotidiens, dans leurs métiers, dans leurs entreprises, dans leurs vie en général. Et ils veulent savoir comment surmonter ces obstacles.
Donc c´est vraiment le but de l´interview, c´est comment les aidés d´atteindre leurs objectifs…
Lorenzo Pancino : Et bien ça tombe bien parce que j´étais exactement comme ça quand j´ai eu le rêve de devenir quelqu´un et j´étais comme tout le monde, à me dire mais comment je vais y arriver, il y a des montagnes, des montagnes d´Everest devant moi…comment je vais faire pour y arriver et j´y suis arrivé en suivant une ligne de conduite…voilà. Je n´ai jamais perdu de vue mon rêve et mon objectif.
Et quand mes objectifs étaient atteints, en fait je relançais un nouvel objectif. Il y avait l´objectif et après les petits buts…les buts pour atteindre le gros objectif. Et c´est comme ça que j´ai réussi en fait, au lieu de faire comme tout le monde à regarder la grosse montagne devant soi, en fait j´ai imaginé des petites collines …tu vois un peu l´image… ?
Max Piccinini : D´accord…
Lorenzo Pancino : Les petites collines en disant c´est plus facile de gravir une petite colline que de monter au-delà de 4000 mètres…tu vois…donc…surtout comme beaucoup d´entre nous d´ailleurs, je suis un gros fainéant à la base…
Max Piccinini : Alors explique nous ça, tu es un fainéant c´est-à dire…
Lorenzo Pancino : C´est marrant, quand je dis ça les gens ne me croit pas parce que je suis comme le disent les Américains un «  travaillo-man », mais en fait comme je suis un passionné, pour moi je ne travail pas, je crée, j´ai des visions et je crée et j´avance. Mais pour moi je pense que le secret de la réussite il est là, si tu fais quelque chose que tu aimes et que tu le fais avec le cœur et que tu es convaincu de ce que tu faits et bien tu n´est pas dans le travail, tu es dans la passion, dans l´envie. Donc tu peux travailler 12 heures, 20 heures d´affilés, ce n´est pas du travail, c´est juste ta vie…donc finalement la vie vaut le coup d´être vécu comme cela et c´est comme ça que je l´entends.
Max Piccinini : Qu´est-ce que tu recommandes par exemple à des entrepreneurs ou à des personnes qui vous écoutent, parce qu´il y a beaucoup de gens qui se disent « Ah ce travail me permet de gagner de l´argent, je n´aime pas vraiment ce que je faits…et puis bon après j´ai ma vie au quotidien… » Est-ce que pour toi on peut très bien vivre de sa passion ?
Lorenzo Pancino : Ah mais on peut vivre de sa passion, d´ailleurs je dirais que si on veut réussir dans un domaine, on ne peut pas réussir dans un domaine si on n´est pas passionné ! Ou alors on part avec un très bonne paye au départ, on est fils à papa ou à maman, on a déjà beaucoup d´argent et on réussit parce qu´on continue l´œuvre de son papa ou de sa maman ou de son grand-père. Mais si on part de rien c´est difficile de ne pas arriver à quelque chose si on n´a pas un but, si on n´a pas un plan précis dans sa tête de ce que l´on veut. Si on n´a pas une vision claire, d´ailleurs on voit beaucoup de gens sur terre qui virevoltent tous simplement parce qu´ils n´ont pas de plan de carrière, sans être forcément un ambitieux à vouloir tout casser. Si on n´a pas un plan bien précis de ce que l´on veut avec un objectif, on ne peut pas réussir quoi que ce soit, c´est difficile…on peut avoir une vie, ça ne veut pas dire qu´on ne peut pas vivre, mais…il ne faut pas s´attendre à devenir une star dans son domaine quoi…c´est ça !
Max Piccinini : Super, génial, excellent conseil…Alors parle-nous un petit peu de ton histoire, d´où tu es parti, d´où tu viens, tu es né où ? T´en ai allé où pour aller à ta carrière, parle-nous un peu de ça.
Lorenzo Pancino :Moi je suis né le 13 septembre 1964 à Fontenay sous-bois à côté de Paris, donc tu vois à trente ans près j´ai encore 18 ans. Et dès l´âge de 5 ans, pour la petite histoire, dès l´âge de 5 ans je reçois à l´époque un magnétocassette gros comme ça ! Cassette hein…donc avec des p´tites bandes etc…et toute la journée je m´amusais à enregistrer ma voix, à faire des imitations, des accents, à chanter, à m´amuser, je faisais des blagues avec moi-même, je m´amusais avec moi-même…Donc voilà je ne m´ennuyais pas, je faisais tous les sketchs, ce que j´avais entendu à la télé, à la radio…, je faisais des fausses pubs…et puis récemment ma mère à retrouver ces cassettes-là et c´est exceptionnel, c´est à dire qu´on m´entend faire l´idiot avec une voix « …toute petite voix …comme ça… » Et j´imite Louis de Funès…et j´entends même mon frère derrière qui dit « mais tu vas la fermer !!!On en a ras-le-bol !! ».
Déjà tout petit j´avais cette envie mais vraiment entre guillemets de faire l´idiot, je sentais que j´avais quelque chose au fond de moi…et qu´il fallait que je l´exprime, je ne savais pas comment mais il fallait que je l´exprime…Et puis j´ai dit à ma mère un jour, on m´avait posé la question « qu´est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ?…et bien je veux avoir mon nom en haut d´une affiche… »
Max Piccinini : Carrément !
Lorenzo Pancino : Carrément ! je veux voir mon nom en haut d´une affiche…je me voyais déjà en haut à l´affiche…C´était ça, alors je ne sais pas pourquoi aujourd´hui pourquoi j´ai dis ça à 6 ans, certainement que je voyais les émissions de Michel Drucker à l´époque avec toutes ces stars, ces paillettes et je voulais faire partie de ces gens qui étaient connus…j´avais peut-être besoin d´être aimé, voilà je voulais devenir quelqu´un, s´était encré en moi voilà, donc c´est resté dans mon cœur et donc jusqu´à…c´est marrant parce que j´ai faits du foot à partir de l´âge de 6 ans, et mon père m´appelait la vedette, c´est marrant…
Je ne sais pas pourquoi il m´appelait la vedette, mais parce que j´étais gardien de but et j´étais très jeune, je commençais à être sélectionné dans les équipes nationales, etc. et j´étais présélectionné pour l´équipe de France á l´époque, tu vois au niveau foot, mais je me suis accroché comme un fou, j´étais pas grand comme gardien de but, mais j´étais un chat, donc déjà, donc déjà dans ma tête je voulais être un peu différent, j´étais dans les buts. Bon comme je n´aimais pas courir, je préférais rester dans les buts.
Et puis en parallèle de ça je faisais des études, je parlais 5 langues, je parlais anglais, italien, espagnol, allemand et français et à 17/18 ans, il m´est arrivé un truc c´est que j´ai eu une atrophie de mon épaule, un genre de polio de l´épaule droite et donc je n´ai plus de muscle dans l´épaule droite et ça me coupe ma carrière de foot. Il faut savoir qu´à cette époque-là je ne rêve que d´une chose, c´est d´être footballeur professionnel, voila, je veux être footballeur professionnel.
Mon père qui était en Italie en seconde division de foot me dit « nan tu feras tes études, je ne veux pas que tu deviennes footballeur professionnel, tu feras tes études, tu ne feras pas sport étude » et puis là je suis en conflit avec mon père et il m´arrive ce pépin de santé et là je suis en dessous de tout…tout à coup il m´arrive un gros pépin de santé à l´âge de 17 ans au moment où l´on devient professionnel, etc. Et mon père il me dit de toute façon si tu veux y arrivé accroche toi-même si tu as eu ça, tu peux y arriver. Et j´ ai eu une force de caractère hallucinante, c´est qu´en l´espace d´un an, j´ai réussi à surmonter cet handicap et j´ai surtout soigné la maladie ! C´est ça qui est incroyable et ça m´a donné une force de caractère à me dire je sais que quand on a un problème, on a un challenge on peut surmonter ce challenge tout simplement avec un état d´esprit irréprochable et je me suis accroché, je suis revenu.
Un an après j´ai retrouvé les muscles de l´épaule droite et je me suis remis au foot et j´ai repris ma place et puis après j´ai connu les filles et ça a été la catastrophe…
Max Piccinini : Il y avait forcément quelque chose qui allait arriver…
Lorenzo Pancino :Et oui c´est vrai, c´est qu´après tu as 18/19 ans et déjà tu sors en boîte et là c´est autre chose…Et après je suis allé jusqu´au bac, et je ne savais pas que j´avais au fond de moi toujours ce rêve de monter, de faire partie de monde du showbiz, etc. Mais à l´âge de 18 ans ça devient un peu un rêve et puis tu te dis est-ce que c´est toujours possible ? Mais moi dans ma tête je me dis je vais monter à Paris et je vais casser la baraque !
Et je monte à Paris, et au lieu de m´inscrire dans une école de théâtre ou autres, mes parents me disent choisi toi une école et je fais une école de tourisme, c´est marrant comment ça démarre, une école de tourisme, d´accompagnement, guide, d´interprète, etc. Et là j´ai un cours de théâtre dans mon école et je commence à faire du théâtre et c´est là qu’ ´on me repère. Il y a un gars, il faut savoir on est au début de la FM, on est en 83/84, et là il y a un gars qui me repère « Ah ben dis-donc t´as une tchatche, t´as une bonne voix, tu ne veux pas faire de la radio avec moi ? » C´étais sur la radio de Daniel Guichar à l´époque il s´appelait radio Bocal, et il me dit vient tous les dimanches, il y a une histoire qui s´appelle Cinémali et tu pourras commencer à faire de la radio…et je dis que je ne sais pas en faire ! Et alors moi je t´apprendrais t´inquiète pas, je crois en toi et ce gars-là…c´est marrant parce que maintenant s´était il y a plus de trente ans, il m´a retrouvé sur facebook…je veux dire c´est quand même le mec qui m´a donné le pied à l´étrier et il m´avait dit «  je crois en toi, tu peux y arriver ! ».
Et je l´ai retrouvé sur facebook et il m´a envoyé les enregistrements de cette première émission que j´ai faite…s´était une catastrophe ! Et là je me dis après quand on sait que j´ai formé beaucoup de gens de la radio et de la télé…je dis vous savez ne vous en faite pas si au début vous n´êtes pas très très bon parce que quand on m´entend à mes débuts…s´était vraiment catastrophique…je ne savais même pas ce que je disais, j´avais une vois haut perché, quand je parlais j´étais toujours fébrile, j´avais la voix qui tremblait…enfin s´était une catastrophe…mais j´avais toujours au fond de moi cette petite flamme ! C´est-à dire que même si je n´étais pas top, je n´avais pas instantanément le don, je me suis accroché, j´ai appris et c´est marrant parce que dès le début j´ai appris en modélisant les stars que j´aimais à la télé, à la radio et j´ai écouté…c´est marrant parce que c´est un peu la genèse de ma méthode d´entraînement aujourd´hui qui permet aux gens et à toutes les personnes que je forme aujourd´hui, d´améliorer leurs communication orale.
C´est vraiment comme- ça qu´aujourd´hui ma méthode a été créer, c´est à dire en écoutant, en répétant, je notais, j´écoutais ce que les gens disaient…j´enregistrais…alors à l´époque s´était avec des cassettes, j´écoutais, j´enregistrais, je me réécoutais…des centaines et des centaines de fois pour arriver à modéliser, on pourrait dire que je faisais du formatage…j´écoutais ce que faisait l´autre pour voir si moi je suis capable de faire la même chose. Et je me dis si moi j´écoute et que je me compare à l´autre et que c´était aussi bien que l´autre, ça veut dire que je suis prêts…Tant que je n’étais pas prêt je continuais…donc j´ai mis des années !! Mais au fur et à mesure je devenais meilleur, comme n´importe quel sportif qui se lance et qui commence à s´entraîner, au début…ben …il souffre, et puis après il commence à être meilleur et puis je commençais à avoir de la dextérité, j´ai appris des trucs comme des gens d´Europe 1 qui étaient venu dans mon cours de radio, parce qu´après j´ai lâché le tourisme je suis devenu agent artistique, c´est assez marrant parce qu´à 19 ans je suis devenu un des plus jeunes agents artistiques, je me suis occupé de chanteurs, d´imitateur et je faisais des tournés avec eux dans toute la France et je me suis aperçu qu´en étant derrière eux il y avait un truc qui me manquait, c´est ça qui était assez étonnant, il y avait un truc qui me manquait…Eux ils étaient sur la scène avec un publique qui les acclamaient et moi j´étais derrière pour signer les contrats etc. et là je fais…il y a un bug !
Moi ce que je veux c´est mettre en transe la foule ! Ce que je veux c´est que les gens s´amusent avec moi…Je ne veux pas être derrière je veux être devant ! C´est là que j´ai décidé de me lancer, non plus dans une carrière d´interprète, comme pouvait le présager mon cursus scolaire, mais j´ai décidé de faire une école de radio et là…c´est assez étonnant que tu me dises que tu es à la Nouvelle Orléans, parce que c´est à la Nouvelle Orléans que, on est en 1985, été 1985 je pars faire le tour des Etats-Unis avec mes parents et je fais le tour et j´écoute tous les matins à la radio, et c´est drôle que tu me dises que tu es à la Nouvelle Orléans, parce que je me retrouve à la Nouvelle Orléans et je ne me souviens plus du nom de la radio et je tombe sur un « morning show », faut savoir pour ceux qui ne connaissent pas, c´est le show numéro 1 en radio, c´est là où les animateurs s´éclatent, ils font des sketchs…vous connaissez les mornings, les émissions du matin en France, c´est pareil, il y a des sketchs, des personnages, on crée des personnages, des cartoons enfin bref, on peut délirer à souhait !
Et là j´entends des gens à la radio qui délirent, qui font des sketchs, qui font des voix…bref un genre de good morning Vietnam mais à la radio. Et là je fais « bingo » c´est ça que je veux faire en rentrant des Etats-Unis !
Et donc en rentrant de mon voyage des Etats-Unis et bien je dis « je veux faire de la radio », plutôt que d´être comédien, chanteur ou autres, je veux faire de la radio. Je me dis la radio c´est nouveau, ça démarre, il va forcément y avoir du boulot, même si ça va être dur, je veux me lancer…Et donc je faits un cour de radio et là je deviens premier de ce cours de radio. C´était un cour avec Europe 1à l´époque et je commence par faire un petit stage et dans ma tête, tu vas voir qu´il y a un fil conducteur quand même dans toute cette opiniâtreté, c´est que je rêve de rentrer à Skyrock, ce n´est pas le Skyrock d´aujourd´hui, c´est le Skyrock de l´époque avec Malair avec des grands animateurs de l´époque et je rêve de rentrer dans cette radio parce que c´est une radio rebelle, qui a un ton bien particulier qui permet de créer des choses.
Et là je suis dans une radio en stage, une radio qui s´appelait Electric FM et je fais toutes les nuits, de 2 heures à 6 heures du matin, et je m´entraîne, je m´entraîne, je faits des maquettes, en gros j´envoie des petites émissions au directeur de l´antenne de Skyrock, qui lui écoute les maquettes et voit quel animateur il va prendre pour les saisons futures. Et là j´envoie, je ne sais plus combien j´ai dû en envoyer, j´ai envoyé près de 30 à 50 cassettes à ce directeur d´antenne et tout le temps il me renvoyait des « Non t´es pas prêt ». Il me disait que ça, t´es pas prêts…je recommençais, je recommençais…et un beau jour, je crois qu´on est en 1987, on est à trois jours du 13 septembre 1987 donc la date de mon anniversaire, on est à quelques jours, et là…je reçois un coup de téléphone de sa secrétaire qui me dit « Lorenzo, Victor voudrait te voir dans son bureau au plus vite dépêches toi ! Et là « Ahhhh au secours j´arrive Ahhh » et là j´arrive dans son bureau et le gars avec ses disques d´or partout, bref un directeur de programme radio et là t´as genre 50 cassettes empilées comme- ça. Et il me dit  « Lorenzo ça fait des mois que tu m´emmerdes à m´envoyer tes démos et bien voilà la tienne aujourd´hui, elle est au-dessus, tu commences vendredi à 2 heures du matin. Vendredi c´était le jour de mon anniversaire !
Max Piccinini : Beau cadeau n´est-ce pas ?
Lorenzo Pancino :Enorme cadeau, et puis voilà ça a enchaîné Skyrock, chérie FM, Maximum après Fun radio, voilà et après j´ai lancé ma carrière à faire des mornings et j´ai toujours crû en ma petite étoile de me dire ce que j´ai entendu à la Nouvelle-Orléans cet été 1985, je voulais faire ça en radio et j´ai fais mes premiers shows, s´était des shows où j´intervenais en tant qu´animateur mais j´avais plein de personnages Je disais : « Bonjour tout le monde comment allez-vous ?…et mon p´tit chouchou est-ce que tu veux un p´tit café ?Non merci » et je mélangeais les voix, j´avais des personnages qui me parlaient…et je partais dans des délires incroyables…je faisais un peu du cartoon à la radio et ça a « cartooné » d´ailleurs dès le départ, c´était assez extra, bref…Quand on voit un peu tout ce fil conducteur, c´est que à chaque fois, au début je n´avais pas décelé mon talent dès le départ, je savais que j´avais envie de communiquer avec les autres, je savais que j´avais quelque chose au fond de moi, et ça c´est important pour les gens qui nous regardent et qui nous écoutent, c´est que comme beaucoup d´entre vous, je sentais que j´avais quelque chose au fond de moi, mais j´avais peur, j´avais une frousse terrible de faire les choses, surtout je disais « ah mais il y a toujours quelqu´un de meilleur que moi, j´y arriverai jamais…c´est pas possible…t´as vu le nombre de gens qu´il y a sur Terre, le nombre de gens qui veulent faire de la radio, qui veulent réussir…pourquoi moi ? Moi le p´tit provincial…je pensais ça tout le temps, j´avais ma croyance qui me disait tout le temps ça.
Sauf que derrière ça, j´avais…peut-être que ma maladie m´a aider, peut-être…j´essaye de me l´expliquer à haute voix, peut-être que c´est ça, j´en sais rien…J´avais toujours cette sensation que je voulais être libre, tu sais comme une flamme de liberté qui me disait si tu ne fais pas ça, tu ne seras jamais libre, tu seras toujours obligé de rentrer dans les rails. Et de se dire si je rentre dans les rails, je vais rentrer comme tout le monde à avoir mon travail et à avoir ma paye à la fin du mois etc. Mais je ne vivrai pas la vie que j´avais décidée quand j´étais plus petit.
Et ça je me suis accroché à cette idée là. Jusqu´à ce que j´enchaîne la radio etc.etc.Alors après comment il y a eu le lien entre la radio, la voix-off et la formation, comment je suis devenu le formateur qu´on connaît aujourd´hui et comment je suis devenu voix-off, parce qu´on se dit bon devenir animateur c´est bien, le rêve de tout animateur c´est de passer á la télé aussi ça faut le savoir…heu bon même si on n´a pas tous des physiques de télé, on a des physiques de radio comme on dit…au départ c´est pour ça qu´on travaille avec la voix…et donc j´ai fait beaucoup beaucoup de casting et c´est là que je me suis aperçu des difficultés de rentrer en télé, ce n´est pas la même chose, en télé on a le physique, on a le charisme qu´on développe devant une caméra et donc je me suis accroché, j´ai appris ce qu´est de recevoir des claques à la vache qui rit…tu sais ce que c´est des claques à la vache qui rit ? «  Trop maigre ! Trop foncé ! Trop rouge !trop petit ! »
Max Piccinini : Ok je comprends…
Lorenzo Pancino : Voilà…tu comprends le casting vache qui rit…c´est en gros…ça n´allait jamais…je ne rentre jamais dans les cases de ce qu´il recherche, donc tu te prends de claque et tu te relèves, une claque et tu te relèves..Et tu y vas…et là tu commences à te créer une carapace et tu commences à apprendre de tes échecs au fur et à mesure et tu te dis …OK…á chaque fois que je suis stressé, que je vais à un casting et bien ça ne marche pas…et puis un beau jour je décide d´y aller en me disant « bon j´en ai rien à faire…j´en ai rien à péter je suis cool tranquille, les gens me prendront un jour s´ ils veulent mais moi je suis fatigué de tous ces gens qui ne savent pas ce qi veulent…je vais rester moi-même et surtout je ne vais rien préparer, je vais y aller á l´impro total…et là ce jour-là comme par les plus grands des bonheurs et bien ça marche…et le gars qui fait « Waw c´est ça qu´on veut et là je suis pris pour une émission de télé, c´était sur Disney Channel à l´époque, et puis après j´en ai fait d´autres…et en fait j´ai compris le secret des stars et des gens du show biz c´est plus tu lâche prise , et d´ailleurs un des conseils que je donnerais à tout le monde c´est, plus vous allez lâcher prise sur l´enjeu et sur ce que vous voulez et plus vous allez vous focaliser tout simplement sur ce que vous êtes et sur ce que vous avez envie de vivre et plus vous allez réussir. Parce que le secret c´est de se dire…lâche prise !
Essayez de faire cette expérience…regardez…de tendre, de serrer les poings comme ça…on est dans l´inconfort total quand on fait ça…vous voyez…quand on est tendu on a tous les muscles tendus !!Et donc quand t´es en face d´une caméra et que tu es tendu, ou quand t´es face à un employeur, j´essaye de remettre la discussion au niveau des personnes qui peuvent nous regarder c´est que si vous êtes face à un employeur, que vous êtes face à un banquier, que vous êtes face à des investisseurs et que vous être comme ça tendu !!Et bien les gens vont le voir et ils vont se dire « attend mais s´il tient sa boîte comme ça il ne va pas tenir…elle va craquer très vite ! »
Et bien c´est là que je me suis rendu compte que, plus vous lâchez prise, plus vous êtes cool et tranquilles, meilleurs vous serez…
Alors, il y a beaucoup de gens qui vont me dire « ouais t´es gentil Lorenzo c´est facile à dire mais c´est facile à faire… »Je suis d´accord avec toi, oui je suis d´accord avec toi, ce n´est pas facile seulement c´est possible simplement il faut travailler une chose, la gestion de ta respiration, il faut arriver à maîtriser le canal d´air, ta respiration et il faut donc arriver à maîtriser tes émotions et donc ta voix, parce que ta voix est le reflet de tes émotions et de ta personnalité. Une fois que tu es capable de maîtriser cet organe vocal qui est aussi là au centre du ventre, au centre du nombril, quand t´es capable de contrôler ça, tu contrôles ta vie et tes émotions et donc, et bien t´es capable de lâcher prise et d´être qui tu veux quand tu veux…parce qu´il est là le vrai truc, d´être capable d´être celui que tu veux « super toi, super patron, super employé…» peu importe qui tu es, le petit toi qui a peur peut devenir le super toi il suffit de le vouloir et de se mettre des petits mantras qui vont te changer ton attitude comme « oh la la j´y arriverai jamais, et si si je vais y arriver parce que justement je suis trop petit et je passe partout ! » Tu vois la différence c´est un peu pour ceux qui aiment le foot aujourd´hui, un peu l´histoire de Valbenat l´Olympique de Marseille, qui est tout petit et qui doit toujours faire deux fois plus de travail que tous les autres parce qu´il est petit et qu´on le jugeait mal, aujourd´hui il s´est accroché et il est le numéro 10 de l´équipe de France. Bon c´est un exemple, il y en a plein d´autres des comme ça…
Et bien c´est exactement ça, c´est en gros lâche prise sur l´enjeu, et faites confiance en ce que tu as au fond de toi. Faites confiance pleinement en ton don, ton talent, tes compétences et après à partir de là, les choses ne vont plus se passer de la même manière…
Max Piccinini : Alors pour toi Lorenzo c´est vraiment ça, la plupart des gens…fantastique conseil vraiment super, ce qui les empêche de réussir, c´est ce côté, de ce stress, le jugement des autres de pas être eux-mêmes en quelque sorte, pour toi c´est le principal…
Lorenzo Pancino : Encore une fois c´est pas simple parce qu´on est dans une société de jugement, on est tout le temps entrain de critiquer l´autre, c´est pas facile, il faut faire bonne figure, en fait le truc, tu t´en fou du jugement de l´autre, tu t´en fous si les gens ne t´aiment pas et bien tu n´as rien à faire avec eux ! Si tu n´aimes pas ton travail et bien change ! Tu es sur Terre pour être heureux, tu n´es pas sur Terre pour être malheureux, ne prend pas la pression de l´autre, va faire ce que tu veux…Bon après j´entends les croyances limitantes, ils y en a plein qui arrivent…tu les entends… qui disent : « Ouais mais ce n´est pas aussi évident, ouais mais toi tu as réussi parce que t´avais du talent… »
Nan je n´ai pas réussi parce que j´avais du talent, j´ai réussi parce que j´avais un rêve et je me suis accroché à ce rêve…et surtout ça c´est un truc vachement important, parce que le rêve c´est bien beau mais si t´es pas lucide et tu te plantes ! En fait il faut associer le rêve avec la lucidité…et c´est ça qui va faire qu´à un moment donné tu traces ta route…tu vois la lucidité, tu vois ce que c´est la lucidité ?
Max Piccinini : Oui je vois mais explique, car c´est intéressant de le savoir bien clairement.
Lorenzo Pancino : La lucidité c´est savoir être lucide sur ses compétences, lucide sur ce que l´on est capable de faire, lucide sur ce que l´on veut et être capable de dire, quand je m´écoute ou quand je regarde mon CV, ou quand je vois mon projet que j´ai préparé, il est béton, je suis lucide il est bon, je suis bon, je ne suis pas moyen…je suis bon je le sais…comparer à un autre je suis bon. Pourquoi je ne réussit pas et bien parce que peut-être que tu montres à tes employeurs, à tes banquiers que ta peur et que tu doutes.
Donc si tu es bon pourquoi est-ce que tu doutes, t´as pas de raison, crois en tes compétences et en ce que tu es capable de faire et fonces et arrête de réfléchir !
Arrête de réfléchir si tu sais que tu es bon…en revanche la lucidité c´est aussi de reconnaître que tout à coup, on a l´incompétence…on n´est pas bon partout, et on est capable de reprendre conscience de ce que l´on est. C´est ça la lucidité. Prendre conscience á quel niveau on est !
Max Piccinini : Et que c´est ok de ne pas être parfait en quelque sorte et qu´il faut juste du travail pour s´améliorer…
Lorenzo Pancino :Oui et c´est le grand truc, toi qui voyages beaucoup, toi tu le sais, en France on a un gros gros problème, c´est qu´on nous a fait travailler depuis qu´on est tout petit à l´école sur nos lacunes, au lieu de nous faire travailler, comme dans beaucoup de pays anglo-saxons, on fait travailler les forces, là où on est bon, en France c´est le contraire…quand on n´est pas bon c´est « ah tu as des lacunes ! Travail ! Travail ! » Alors qu´il y a des gens qui sont bons en Math, il y en a d´autres qui sont bons en langue et ceux qui sont bons en langue on les pousse à travailler « …les Maths…les Maths… » Alors qu´ils sont excellents en langue ! Moi je me dis à un moment donné si tu veux des gens qui ont du talent, qui ont du don fait les travailler là où ils sont bon, et ensuite une fois qu´ils auront monté leurs niveaux de compétence et bien se sera beaucoup plus facile d´aller chercher et travailler les lacunes. Parce que quand tu es déjà en confiance avec quelque chose qui te porte et bien c´est beaucoup plus facile d´aller apprendre une compétence qui est moins forte chez toi…
Donc je dirais la lucidité c´est ça, c´est d´être conscient de ses forces et de ses faiblesses. Et ne pas foncer dans le tas et de se dire « j´ai un rêve je veux être président de la République ! Ouais d´accord tu comptes faire des études ? Ah non pour faire président de la République je vais passer par un autre cursus, je vais faire un stage de 10 jours »…
Max Piccinini : Et là tu dois en charrier plusieurs des entrepreneurs, il y a un décalage entre ce qu´ils veulent avoir et sur ce qu´ils sont prêts à faire…et donc tu dois amorcer tout ça, je trouve ça fantastique ! Et moi je me pose la question à moi-même et qui aurait envoyé 50 cassettes, comme tu l´as fait, c´est à dire avoir 50 refus ! Jusqu´à pouvoir avoir le travail de tes rêves et c´est pas tout le monde qui peut le faire, ben si tout le monde peut le faire, mais chez toi c´est cette persévérance, cette opiniâtrie…parle-nous un peu de ça…

Lorenzo Pancino :Cette opiniâtreté qui, alors c´est toujours pareil, il y en a qui vont dire ouais mais au bout d´un moment on se décourage, c´est plus possible, on doute de soi…J´ai eu une élève à moi il y a deux ans de cela, qui m´appelle un peu dépité, qui me dit  » je n´arrive pas, une élève dans la voix- off, c´est difficile, je suis toute seule chez moi…j´ai besoin qu´on me booste…et bien tu m´appelles, je suis là pour ça ! Ouais mais tu comprends, je me demande si je suis assez bonne….oui mais écoute mais qu´est-ce que tu fais pour te vendre ? Ouais j´ai envoyé des démos, j´ai un site internet…Est-ce que ton site internet il y a des gens qui viennent le voir ? ben non…Je lui dis pourquoi ? ben parce que je ne l´ai pas référencé…ah tu ne l´a pas référencé c´est à dire que tu es en pleine déprime, alors que tu m´annonces que personne ne vient voir ton site internet, donc personne ne peut savoir que tu as du talent ! Ah ben ouais, faudrait peut-être que je m´y mette mais tu sais en ce moment ce n´est pas facile…Et là !!Tu replonges dans ce que j´appelle les marées de la mélancolie…où tu t´enfonces dans la mélancolie. »
Si tu veux y arriver fixes toi ton but, fixe toi un plan d´attaque et chaque jour avance ne reste pas dans le marais de la mélancolie…et ça je dirais que c´est bon pour tout le monde. Que ce soit un chômeur qui à besoin de bosser et qui veut bosser, oui c´est dur, il n´y a pas du boulot partout, mais je pense que si tu te mets un plan, mettre une vision très claire de ce que tu veux, tu te mets dans la tête ce que tu veux, t´arrêtes de penser à ce que tu ne veux pas et bien tu peux atteindre ce que tu veux !
Max Piccinini : Fantastique ! En tout cas on le voit à travers ton attitude, quand tu te mets quelque chose dans le crâne tu y vas, tu restes positif, bravo pour ce succès que tu as ! Peut-être un dernier conseil ou une clé de réussite que tu voudrais transmettre, pour ceux qui nous écoute.
Lorenzo Pancino : Oui ces trois mots, qui correspondent à tout ce que j´enseigne que ce soit pour le coaching voix-off, ou Maxi Voice ma méthode en ligne de communication orale, ces trois mots, ce que tu viens un peu de rappeler, ce sont les trois mots magiques qui sont le sourire, l´enthousiasme et la conviction. C´est à dire quand tu as le sourire, même si tu n´es pas super-compétent, on va t´écouter plus facilement si tu as le sourire, si tu as l´enthousiasme même si tu n´es pas super-compétent mais que tu montres que tu as envie de travailler et bien on va t´ouvrir la porte, et si tu es convaincu et que tu es convaincant, on va t´ouvrir en grand la porte même si tu n´a pas complètement les compétences. Parce que je connais très très peu leur boulot, mais pareil pour un chef d´entreprise qui a besoin de lever des fonds, je connais très peu de personne, ou de banquier, d´employeur qui ne vont pas prêter une oreille, à quelqu´un qui a envie, qui a envie et qui est déterminé…alors après, une fois que vous avez fait le sourire, enthousiasmé la conviction, si on ne vous prend pas, si on vous donne pas l´argent ou on ne vous signe pas le contrat du projet, il y a peut-être d´autres paramètres, mais vous aurez tout donné ! C´est exactement ce que je disais dans mes castings, dans mes castings je le savais pourquoi je le ratais parce que j´étais tendu ! Mais il y en a que j´ai raté tout simplement parce que je n´étais pas le profil de ce que les personnes recherchaient tout simplement et ça il faut l´accepter, on ne peut pas plaire d´une part à tout le monde, si ça ne se passe pas si ça ne se faits pas les choses, c´est que ça ne devait pas se faire à un moment donné, donc si vous êtes vraiment pleinement dans ce que les gens recherche, il n´y a pas de raison…si vous y mettez toute votre conviction, toute votre détermination , vous devez marquer le but !
Toujours revenir à cette notion de football mais c´est ça vous devez marquer le but. Continuez encore et encore…

Max Piccinini : Lorenzo, un grand merci pour ces conseils, j´ai trouvé ça fantastique, je pense que des milliers de gens vont trouver cette interview très intéressante et surtout très inspirante, tu as donné beaucoup de clé avec beaucoup d´enthousiasme, je te remercie énormément pour avoir prie de ton temps pour nous expliqué ton histoire et tes clés de succès. Moi je vous invite vivement si vous avez envie d´améliorer votre communication orale, vous avez compris, vous avez entendu Lorenzo, c´est un véritable professionnel dans le domaine, il vous aidera à ça. Il faut aller sur maxxivoice.com encore un grand merci à toi Lorenzo et beaucoup de succès, à bientôt…
Lorenzo Pancino :A très bientôt !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.